• pdf

Numérisation des thèses en cours à la bibliothèque Lettres et Sciences humaines

Suite à la fermeture de 2 locaux de la bibliothèque par mesure de précaution, la numérisation d’une partie des documents rendus indisponibles depuis deux ans a débuté.

Cette procédure réglementée, réalisée par la société spécialisée Valgo assistée de membres du personnel du SCD implique des mesures de sécurité spécifiques. Pour mener à bien ce chantier, une zone de stockage temporaire des déchets constitués des équipements utilisés pour intervenir dans les locaux, se situe dans la cour interne du bâtiment (au rez-de-chaussée, niveau bibliothèque universitaire Droit, Science Politique, Économie), mais ne présente aucun risque pour les personnels ou les usager·e·s des bibliothèques.

Un vaste chantier de numérisation

Les thèses soutenues à l’université comptent parmi les documents touchés par la fermeture de ces locaux. Afin de ne pas perdre ce patrimoine documentaire unique, un vaste chantier de sauvetage numérique concernant en priorité ces thèses a donc débuté à la fin du mois de juin 2019.

Après que des agents du SCD déclaré·e·s aptes physiquement et formé·e·s à l'intervention en milieu exposé à l’amiante aient identifié les documents, les personnels de la société Valgo se chargent de la manipulation, du massicotage puis de la numérisation sur place des documents. Le contrôle qualité du produit de la numérisation est assuré par les agents du SCD.

Ce chantier témoigne aussi bien de la volonté de conserver un patrimoine majeur que des ambitions numériques de l’université. Il s’achèvera à la fin de l’année 2019.

Contact : Grégory Miura (Gregory.Miura @ u-bordeaux-montaigne.fr), directeur du Service Commun de la Documentation (SCD)

Plus d’informations sur la fermeture des espaces concernés

Mesure de précaution

Comme de nombreux bâtiments des années 70, la bibliothèque universitaire de Pessac qui héberge la BU lettres et sciences humaines de l’Université Bordeaux Montaigne et la BU Droit Sciences politiques Économie (BU DSPE), dans un bâtiment propriété de l’université de Bordeaux, a été bâtie avec certains matériaux contenant de l’amiante.

en savoir plus +