Brexit : quel impact sur les mobilités internationales ?

Londres

Le Royaume-Uni quitte non seulement l'Union Européenne mais aussi le programme Erasmus +.

Nos accords de mobilité restent cependant en vigueur et fonctionnent normalement jusqu'à la fin de l'année universitaire 2021-2022. Cela implique également la possibilité d'attribuer des allocations Erasmus + pour les séjours d'études et de stage.

Après cette période, les accords dits "Erasmus+" seront convertis en conventions bilatérales sur le modèle des nombreux accords qui nous lient à des établissements situés en dehors de la zone Europe. La conversion n'étant pas automatique, nous serons sans doute amenés à prospecter et à établir de nouveaux partenariats, notamment vers des destinations offrant des formations en anglais, pour lesquelles la demande est élevée.

Pour financer les mobilités des étudiants à partir de 2022-2023, des aides régionales et ministérielles seront disponibles pour compenser l'absence d'aides du programme Erasmus +.

Par ailleurs, nous vous prions de noter que les modalités d'entrée sur le territoire britannique ont changé depuis le 1er janvier 2021. Les séjours de plus de 6 mois nécessitent désormais un visa spécifique, dont les frais ne pourront être pris en charge par l'Université.

Pour partir en stage, les étudiant français doivent désormais candidater au Temporary Worker visa, même pour un séjour inférieur à 6 mois. Les frais de candidature sont à 55£.

Toutes les informations à ce sujet sont accessibles sur le site du gouvernement français, mis à jour progressivement : www.brexit.gouv.fr